20 mai 2013: Les mesures dans la vie quotidienne

À l’occasion de la journée internationale de la métrologie du 20 mai 2013, l’association Métrodiff, dont le but est la diffusion de la culture métrologique au plus grand nombre, s’associe aux instances nationales et internationales de la métrologie pour souligner l’importance de la mesure et de la métrologie dans le quotidien.Voici 30 ans, en 1983, Pierre Giacomo décrivait ainsi le métrologie du quotidien dans le n° 9 « Culture Technique » de février 1983 « La mesure dans la vie quotidienne »:

 » La montre que nous portons au poignet, la balance de l’épicier, le double-mètre du menuisier, le compteur électrique de notre appartement, le manomètre de notre garagiste, le thermomètre qui nous permet de surveiller la poussée de fièvre de bébé, tous ces instruments sont tellement usuels que nous ne nous posons guère de questions sur leurs mérites.

Nous trouvons tout naturel que les mesures dont nous avons besoin nous soient données avec ponctualité et certitude par ces modestes serviteurs. Lorsque nous remplaçons l’un ou l’autre à la suite d’un quelconque incident, nous trouvons encore naturel que le remplaçant nous donne les mêmes indications.

Nous serions pourtant bien en peine s’il nous fallait reconstituer la longue chaîne de connaissances qui aboutit à ce prodige, petit mais quotidien.

Nous avons bien quelques points de repère: la glace qui fond à zéro degré, l’horloge parlante, le Service des Instruments de Mesure qui vérifie la balance de l’épicier. Ce n’est que la partie visible de l’iceberg.

Quel est donc le mystérieux chef d’orchestre qui met en harmonie tous ces instruments de mesure à travers le monde ? On l’appelle métrologie.

C’est une branche bien vivante de la science, la science des mesures. Elle étudie aussi bien les principes fondamentaux mis en oeuvre dans les instruments que la manière de s’en servir, la définition des unités de mesure ou l’exactitude que l’on peut espérer obtenir, dans des conditions de mesure données.

L’objet de la métrologie est finalement de préciser la signification de toute mesure et d’en déduire ce que l’on doit faire pour l’adapter à un objectif donné.

Cette connaissance est mise à la disposition de tous les utilisateurs, de l’artisan au scientifique le plus exigeant, dans tous les domaines, dans tous les pays. Elle leur permet de parler le même langage.

Lorsque l’hôtesse de l’air annonce, à l’arrivée dans un aéroport, «la température extérieure est de 16 degrés Celsius », le sens de cette phrase est le même partout dans le monde, quelle que soit la langue dans laquelle elle est énoncée.

Si je demande à un fabricant de me livrer une pièce cylindrique dont le diamètre extérieur est de 12,25 mm, à 2 μm près (à 20°C) et l’épaisseur 4 mm à 5 μm près, je sais que ma demande aura exactement le même sens pour un Anglais, un Japonais ou un Russe « . (1)

Ajoutons aujourd’hui, 30 ans plus tard, de nouvelles applications pour de nouveaux usages se sont invités dans ce même quotidien dans notre société, tels les instruments du self-measurement ou Quantified Self…

Notes :

  • Extrait de l’article de Pierre Giacomo La métrologie, langage universel, in LA MESURE DANS LA VIE QUOTIDIENNE, CULTURE TECHNIQUE N°9 – 1983

Appel à Contribution

L’association Métrodiff se penchera jusqu’au printemps 2014 sur le thème des mesures dans la vie quotidienne. Vous avez une conférence à proposer, un atelier à animer, une réflexion, un article sur le sujet… Contactez nous.