20 mai 2012, Journée mondiale de la métrologie


Chaque année, depuis l'an 2000, le 20 mai est "Journée mondiale de la métrologie", en commémoration du 20 mai 1875, date de la signature du traîté diplomatique de la Convention du mètre.

Le thème de la journée mondiale de la métrologie 2012 est "Mesures et sécurité".

D'une manière pragmatique, nous traduisons cette formule par Mesures et santé et Mesure et environnement. En effet, l'introduction dans le domaine médical de techniques de plus en plus sophistiquées et de traitements complexes nécessite de faire dans ce domaine des mesures de plus en plus exactes et complexes. Tout le monde a encore en mémoire les problèmes de sur-irradiation dans le domaine de la radiothérapie dus à des mesures erronées. Ceci n'est naturellement qu'un exemple. Il y a de très nombreuses mesures dans le domaine de la santé depuis la simple prise de température d'un patient avec un thermomètre médical qui doit être exact au 1/10 de degré jusqu'aux analyses médicales très complexes, en passant par tous les traitements qui mettent en oeuvre des rayonnements optiques ou ionisants.

La question de notre santé est liée à celle de notre environnement. La complexité des mesures est parfois encore plus vaste. Prenons la sécurité industrielle et par exemple, l'étalonnage des sondes de température utilisées dans les centrales nucléaires. La métrologie de l'environnement est un vaste domaine qui se développe de plus en plus. Ces deux types de mesures présentent un enjeu de société important.

Le partage d'une culture métrologique commune permet à chacun, chacune, d'être mieux averti(e) de l'importante de la métrologie du quotidien. La sécurité des mesures passe aussi par la confiance. Cette confiance ne peut s'exercer que si l'on prend conscience de ce qu'est un résultat de mesure et de ce qui n'en est pas un.

Trouver les réponses aux questions que nous nous posons tous ?

Sommaire

  • Qu'est ce que la métrologie ? (article)
  • La métrologie peut-elle être utile à la santé ?(vidéo)
  • La métrologie de l’environnement et ses enjeux (vidéo)
  • Du principe de sécurité en responsabilité sociétale : introduction et ISO 26000 (article)
  • Construire et mesurer la responsabilité sociétale : quelle contribution de la norme ISO 26000 ? (vidéo)
  • De la mesure @ la métrologie" (formation à distance entièrement gratuite)
  • Appel à contribution (Malle pédagogique)

Qu'est ce que la métrologie ?

par Marc Himbert, Scientifique et métrologue.

La société s'appuie sur une infrastructure vaste, et souvent invisible, de services, de denrées, de réseaux de transport et de communication dont la présence nous est familière mais dont le bon fonctionnement est essentiel à la vie quotidienne.

La métrologie, ou science de la mesure, constitue une partie de cette infrastructure cachée car elle garantit qu'on peut accorder confiance aux mesures qui permettent la fabrication et les échanges de produits, l'analyse des phénomènes physiques et chimiques, le diagnostic médical, les hauts débits de communication, les systèmes de repérage, la définition et le contrôle des règles de sécurité...

Voir l'article

Mesure et santé

La métrologie peut-elle être utile à la santé ? Apports des concepts de base de la métrologie à la biologie médicale

par Marc PRIEL, Directeur Honoraire de la Métrologie du Laboratoire National de Métrologie et d’Essais

Il est raisonnable de considérer que l’un des objectifs de la métrologie, science des mesures, est d’apporter la confiance dans les résultats expérimentaux. Cette confiance s’établit en respectant et en mettant en œuvre deux concepts fondamentaux :

  • La traçabilité métrologique;
  • L’évaluation des incertitudes de mesure.

Il est courant de dire que mesurer, c’est comparer une grandeur inconnue à une référence dont la traçabilité est établie. Dans cette définition on voit apparaître les notions de référence et de traçabilité. Il faut donc disposer de références. Si ces références sont communes et partagées, alors on pourra comparer les résultats de mesure entre différents laboratoires, pays ou continents.

Si les références sont stables dans le temps, les mesures du passé pourront être comparées à celles du futur. Sans références les mesures perdent leur sens. Les concepts d’incertitude et de traçabilité sont largement partagés et mis en œuvre dans les domaines de l’industrie et du commerce, mais qu’en est-il dans le domaine de la santé ?

Pourquoi votre médecin vous recommande-t-il de faire vos analyses dans le même laboratoire ? Que signifient les valeurs normales figurant sur votre bulletin d’analyse ? Pourquoi sous votre résultat d’analyse vous indique-t-on le réactif utilisé ? Au cours de cette conférence l’auteur souhaite partager son expérience de quelques années auprès de médecins et de biologistes voulant améliorer la qualité de leurs mesures en vue d’un meilleur diagnostic et donc d’une meilleure thérapie pour les patients. En ces périodes où l’économie gouverne, la qualité des mesures est un facteur important car le manque de confiance dans les résultats induit la répétition d’analyses, rend difficile la comparaison des études cliniques et épidémiologiques.

Des exemples issus des examens organisés par la médecine du travail et des analyses de biologie médicale illustreront les apports des concepts fondamentaux de la métrologie au monde de la santé.

Regarder la conférence


La métrologie de l’environnement et ses enjeux

par Jean-Luc LAURENT, Directeur Général du Laboratoire national de métrologie et d'essais ( LNE) et  ancien directeur au ministère de l’environnement

Beaucoup de décisions se prennent à partir de résultats de mesures exprimant sous la forme d'une valeur numérique, la grandeur physique qui caractérise l'état du système que l’on cherche à définir. Depuis 1875 sur l’initiative de la France une organisation internationale la Conférence générale des poids et mesures (organe diplomatique du Traité du mètre) est en place qui fédère le réseau mondial des laboratoires nationaux de métrologie.

En France c’est le Laboratoire national de métrologie et d’essais (fondé en 1901 et institué en EPIC en 1978) qui est en charge de l’organisation de la métrologie française.

Dans les domaines de l’environnement, les différents pays doivent démontrer la cohérence entre leurs mesures, pour élargir la pertinence des décisions politiques qui s’appuient sur ces mesures.

Il s’agit souvent de mesurer des quantités faibles, proches des seuils de détection, d’où un besoin de sécurité juridique des pouvoirs publics et des industriels

Il s’agit d’une métrologie jeune et on donnera des exemples concrets où la mise en œuvre des bonnes pratiques de laboratoire ne garantit pas la traçabilité au Système international d’unités. Un point sera fait sur les enjeux de la recherche en la matière et la coopération européenne

 

Du principe de sécurité en responsabilité sociétale : introduction et ISO 26000

Par Jeanne Brette, membre active de METRODIFF

Depuis le traité de la Convention du mètre, la métrologie internationale affiche le choix politique de la collaboration. En témoigne la déclaration commune au BIPM, à l’OIML, à l’ILAC et à l’ISO sur la traçabilité métrologique de 2011. Sur le sillage dudit traité de 1875 et de son caractère universel, de paix - et dans un sens, de sécurité, cette récente déclaration affirme le besoin, pour chaque organisation intergouvernementale citée, de collaborer sur la traçabilité de nouvelles références internationales communes. L’enjeu d’uniformité, de comparabilité et de cohérence des mesures, sur la base de références reconnues et acceptées pour des domaines variés, y est ici souligné.
A l’échelle des processus, des services et systèmes de management, la norme internationale de responsabilité sociétale des organisations ISO 26 000 fait date. Sans entrer dans le débat de son évaluation ou de sa certification, le consensus par 90 pays et 40 organisations internationales en liaison apporte, sinon la preuve, du moins pour la première fois un protocole d’accord d’étalonnage scientifique.
En matière de principes de responsabilité sociétale, cette norme s’appuie sur les standards internationaux de référence : Déclaration universelle des droits de l’homme de la femme et de l’enfant, Constitution de l’Organisation internationale du travail, etc. Son postulat peut indiquer que la rationalité technique, utile, est très compatible avec la raison, au sens de responsabilité pour les générations futures, à court et à long terme. Du rationnel au raisonnable, un trait d’union est esquissé sinon tracé.
En outre, sur la base de recensements, de diagnostics, d’analyses, et de nouvelles formes de gestion holistiques – qui incluent notamment la notion de parties prenantes – elle apporte des recommandations ou « domaines d’actions » fiables et sécurisés.
Précisément, la transparence, l’exactitude, la pertinence outre la comparabilité sont exposées. En point d’orgue, et pour aller plus loin sur la clarté, le GRI propose notamment d’ajouter le principe de fiabilité. Les deux organismes ont donc formalisé leur collaboration sur les questions d’application.
Enfin, dans l’ISO 26 000, la sécurité est abordée explicitement dans deux domaines d’actions, relatifs à la question des Relations et conditions de travail, d’une part, ainsi qu’aux Questions relatives aux consommateurs, d’autre part. Mais si on analyse l’impact des trente-quatre autres domaines d’actions (relatifs aux sept questions centrales), la sécurité y est omniprésente, implicitement. En effet, que risque une organisation à ne pas prendre en compte ces questions ? La liste peut être longue…
Jeanne Brette, membre de Métrodiff
Sources :
ISO 26 000, parution AFNOR (2010) (résumés gratuitement accessibles en ligne sur le site www.afnor.org ) ; GRI et ISO 26000 : Pour une utilisation conjointe des lignes directrices du GRI et de l’ISO 26000, AFNOR et GRI – Global Reporting Initiative (document disponible en libre téléchargement sur www.globalreporting.org)

 

Construire et mesurer la responsabilité sociétale : quelle contribution de la norme ISO 26000 ?

par Alan Bryden ingénieur général des mines, ancien secrétaire général de l’ISO (2003-2009)

La mondialisation s’étend à un nombre croissant de sujets qui impactent la conduite des organisations et l’exercice de leurs activités : la globalisation des échanges, portée par la structuration des chaînes logistiques mondiales, le commerce électronique et l’abaissement des barrières douanières ; le développement exponentiel et sans frontières des technologies de l’information, et l’émergence des « réseaux sociaux » ; la perception que nombre de défis auxquels doit répondre l’humanité en ce XXIème siècle ne peuvent avoir de réponses que collectives, donc internationales, sauf à engendrer des conflits violents ou à mettre en péril l’intégrité de la planète et  les générations futures : changement climatique, avec l’ardente obligation de mieux gérer l’utilisation des ressources naturelles de tous ordres, notamment l’énergie, l’eau ou les ressources minières et l’impact des activités humaines sur l’environnement, lutte contre les épidémies ou le terrorisme, qui ne connaissent pas de frontières ; éradication de la pauvreté et des discriminations, au centre des « objectifs de développement du millénaire » fixés par l’ONU au début du siècle. [...]

Regarder la conférence

Partager une culture métrologique commune

Une bonne connaissance de la métrologie est un gage de bon sens et un outil fiable pour exercer son sens critique. Le partage de la connaissance de la mesure est un gage de sécurité pour tous.

E-formation De la mesure @ la métrologie"

 

La E-formation "De la mesure @ la métrologie" vise à sensibiliser les PME, PMI et TPE et plus largement,  toute personne qui s'intérresse de près ou de loin à la question de la mesure et à celle de la métrologie.

La e-formation comprend des cours en vidéos, des témoignages de PME et TPE, des reportages en laboratoires et enfin des documents de synthèse. Elle est à votre disposition et totalement gratuite.

Suivre la formation


Appel à contribution

 

Malle pédagogique 'Métrologie"


Le système métrique décimal est né en même temps que la Déclaration des droits de l'homme. Ce fut le premier système cohérent d'unités de mesure. A cette occasion, la métrologie, science de la mesure est née.

Depuis les lois Ferry et l'école obligatoire, laÎque et gratuite pour tous où la très grande majorité des exercices de calcul reposait sur une bonne connaissance du système métrique décimal, les unités de mesure, leur organisation et l'internationalité du Système International d'unités (SI) ont fortement évolué.

C'est pourquoi, une malle pédagogique "Métrologie" est nécessaire, notamment pour réactualiser les connaissances métrologiques dans l'école de la République.

Vous avez des idées, vous avez envie de particper à cette grande oeuvre, vous avez déjà du matériel pédagogique qui pourrait servir, vous pouvez faire quelque chose !

Télécharger et remplir la fiche Ressource Malle pédagogique"métrologie"